Du samedi 8 au dimanche 23 février 2020 à l’Atelier Carlo Colla & Figli de Milan, la Compagnie de Marionnettes Carlo Colla & Figli présente “Sleeping Beauty in the Woods”, un double conte de fées d’Eugenio Monti Colla, musique de P. Chaikowskji, scènes et transparences Franco Citterio, costumes d’Eugenio Monti Colla réalisés par les tailleurs de l’Association Grupporiani.

du samedi 8 au dimanche 23 février 2020

à l’Atelier Carlo Colla & Figli

Compagnia MARIONETTISTICA

CARLO COLLA & FIGLI

présente

La bella addormentata nel bosco

conte à deux étages d’Eugenio Monti Colla

musica di P. Chaikovskij

scene e luci di Franco Citterio

costumi di Eugenio Monti Colla

realizzati dalla sartoria dell’Associazione Grupporiani

i marionettisti

Franco Citterio, Maria Grazia Citterio, Piero Corbella,

Camillo Cosulich, Debora Coviello, Carlo Decio, Cecilia Di Marco,

Tiziano Marcolegio, Pietro Monti, Giovanni Schiavolin, Paolo Sette

apprendiste marionettiste Veronica Lattuada, Michela Mantegazza

direzione tecnica di Tiziano Marcolegio

regia di Eugenio Monti Colla

voci recitanti (edizione registrata nel 2001)

Milena Albieri, Loredana Alfieri, Véronique Andrin, Marco Balbi, Roberto Carusi, Maria Grazia Citterio, Fabrizio De Giovanni, Lisa Mazzotti, Gianni Quillico, Franco Sangermano

Produzione

ASSOCIAZIONE GRUPPORIANI – Milano

Comune di Milano – Teatro Convenzionato

disponibile per le scuole anche in lingua inglese, russa e araba

da sabato 8 a domenica 23 febbraio 2020

sabato 8 febbraio ore 19.30

tutte le domeniche ore 16

da martedì 11 a venerdì 21 febbraio ore 10 per le scuole su prenotazione

sabato riposo

all’Atelier Carlo Colla & Figli

via Montegani, 35 / 1 – Milano

M 2 fermata Abbiategrasso – tram 3, 15

tel. prenotazioni: 02.89531301 – 02.21119151

e-mail: info@marionettecolla.org

https://marionettecolla.org/

biglietti

euro 16,00 / possessori Carta Più Feltrinelli – Soci Touring Club euro 12,00 / ragazzi euro 10,00 / anziani euro 8,00 / scuole euro 8,00 / Esselunga – A Teatro con Fidaty – biglietto verde

Pourquoi Sleeping Beauty? Par désir de contes de fées, ceux des livres et ceux en chacun de nous, où le temps et l’espace n’existent plus, où le Mal et le Bien sont déterminés et circonscrits, non flottants et impénétrables comme dans la vraie vie. Et où ce qui triomphe toujours, c’est seulement l’harmonie. Aussi pour le désir de célébrer visuellement un genre littéraire né pour les adultes puis passé, au fil du temps, dans le monde de l’enfance pour une croyance erronée et abusée qui confond le goût du “narration” avec l’imaginaire du “narré”. Parlant du genre des contes de fées, il ne faut pas oublier que Perrault écrit pour le monde du Roi Soleil, revenant, avec la magnificence, la pompe et le bizarre du quotidien de la Cour, à Paris comme à Versailles, des événements qui ont bouleversé la vie de la France: les belles-mères qui manipulent des concoctions alchimiques et des liquides mortels font écho au scandale des poisons qui voyaient le terrible Voisin accusé mais impliquaient des personnages très proches du trône comme la Dame de Montespan, favorite de Louis XIV. Ainsi, des seigneurs féodaux sombres et charmants tuent des femmes curieuses et maladroites, mentionnant les nombreuses morts de consorts, qui se sont produites inexplicablement dans les grandes maisons de France.

A côté de la voix de Perrault, une autre s’élevait des mêmes chambres dorées et parmi les mêmes nobles patriciens protagonistes de la vie de courtisane, aiguë, brillante et tout aussi bizarre: celle de M. La Fontaine. Sans artifice ni recours aux mythes, il écarquilla les yeux des lecteurs sur la comédie humaine dénonçant ses vices, ses abus et sa violence.

Interprètes d’animaux exceptionnels. Stratagème littéraire pour frapper la faute professionnelle des humains en évitant l’interférence de censure des puissants.

Sur ces connotations littéraires est insérée la structure théâtrale du conte de fées, suspendue entre des nuages blancs ou menaçants qui n’ont rien de vrai et de réel. Il n’y a que deux salles appelées à restituer des lieux liés au monde de la nature: une terrasse construite entre les couleurs et la courbe de l’arc-en-ciel, et les bois, un temple dédié au long sommeil et à l’éveil amoureux. Dans ces environnements, les personnages évoluent dans l’équilibre entre la narration fabuleuse de Perrault (dans une traduction brillante de Collodi) et la structure librettiste du ballet de Chaikovsky dont le spectacle tire la partie musicale dans une anthologie minutieuse éditée par Luca Del Fra. Raideur, colère et envie sont à l’origine d’une terrible malédiction que le déroulement des événements transforme en une longue attente à laquelle participent mortels et créatures de rêve. Le château qui s’endort n’est que théâtre en théâtre.

La mystérieuse prophétie qui arrête le temps est contrastée par la rime de la Fée Harmonie dans laquelle rimes et assonances se succèdent tendrement pour répéter le rite éternel de la figure maternelle qui calme l’âme de l’enfant avec des histoires fantastiques. L’arrivée du Prince Désir redonne le goût de la vie chevaleresque au fabuliste: une légende qui suscite la curiosité, le charme et l’amour soudain pour la belle princesse victime de la malédiction, la rencontre avec le Mal et ses sorts.

Mais l’histoire se déroule vers l’inévitable fin heureuse: vainc les créatures évoquées par la fée perfide, le sentiment remplace toute entreprise héroïque; le baiser prophétisé réveille la beauté et les habitants du château et annonce le mariage des deux jeunes princes. Et enfin, voici le livre de contes magique qui s’ouvre pour accueillir les personnages célèbres symboles de peurs, de trépidations, de sursauts et de solutions joyeuses, dans la succession pérenne des générations.

Le spectacle, créé en 2001, représente l’un des plus grands succès de la société: représenté partout en Italie et dans le monde, il a été traduit en anglais, russe et arabe.

#AtelierCarloCollaeFigli #Milano #CompagniaMarionettisticaCarloCollaeFigli #Labellaaddormentatanelbosco #EugenioMontiColla #marionette

Condividi: